Photo:Marcel Druwé

Micheline
Marchildon

Humoriste
Comédienne
Animatrice

De Saint-Boniface à Hollywood, en passant par Toronto et Montréal, Micheline mène une longue et fructueuse carrière. En tant qu’humoriste, comédienne et animatrice, cette Franco-Manitobaine compte une quinzaine de saisons de télé, au-delà de 250 épisodes.

« Micheline a tellement été occupée à faire de la télé chez les francophones hors Québec qu’on ne la connaît pas du tout au Québec…jusqu’à maintenant? »

MON AGENT

Humoriste

Je parle d’être F.H.Q. (francophone hors Québec)
d’être mère
d’être femme
d’être ridicule

En 2020, Micheline a participé aux émissions produites par Juste pour rire: 

Le Prochain stand-up et le gala Rire en français!  

Elle a aussi participé à l’émission Trait d’humour, du festival ComédieHa!

Dans les dernières années Micheline a participé à la captation télé D’un rire à l’autre co-produite par Juste pour rire et UNIS.tv. De plus, on peut voir sur TFO et YouTube les capsules humour Guide Micheline des F.H.Q, qui comportent une série de sketchs et de vox pop, incluant ses personnages fétiches tels que Chantal Hébert analyste politique et autres personnages francos hors Québec. Depuis une quinzaine d’années, Mlle Marchildon remplit les salles de spectacles des festivals comme le Festival de l’humour de Winnipeg, le CBC Winnipeg Comedy Festival, et les Fringe Festivals de Montréal, Winnipeg et Toronto.

Depuis la pandémie, Micheline fait des spectacles virtuels. Elle offre 45 minutes de son spectacle solo FRENCH’ER HORS QUÉBEC, ou FHQ!

Gala «Rire en français»
TV5  Unis
Performance à 17:05
2020

Concours Juste pour rire
«Le prochain stand-up»
Ronde 1: 
Saison 1 – Épisode 6
2020

Concours Juste pour rire
«Le prochain stand-up»
Ronde 2: 
Saison 1 – Épisode 8
2020

«Trait d’humour»
Saison 5 – Épisode 4
Entrevue à 39:48
Performance à 41:30
2020

Démo personnages
(bilingue)
2006 à 2016

Vox-pop en personnage:
Chantal Hébert
et les élections de 2015

Gala «D’un rire à l’autre»
2015

Entrevue et Stand-up
«Le Sens du punch»
Saison 2 – Épisode 7
2019

« J’me considère une espèce de
porte-étendard des francos hors Québec. »

Micheline met le « funny » dans « francophonie »…

Avec son humour autodérisoire et très physique, elle fait des shows partout où il y a des francophones au Canada (vous seriez surpris où ils se cachent).

Voici ce que les gens disent à son sujet :

« Elle est Franco-Manitobaine, mais elle est drôle pareil. »

« Elle a vécu à Toronto, mais elle est encore gentille. »

« Elle a vécu à Montréal, mais elle parle encore mal le français. »

« Elle est mère, mais elle est encore mal organisée. »

« Elle vous transportera comme une caméra sur la tête d’un écureuil. »

Comédienne
Animatrice

Plus de 15 saisons de télé
Plus de 20 ans de métier
Plus de 250 épisodes...

À la télé  : Micheline joue dans la série policière à humour noir Edgar, mettant en vedette Éric Robidoux, sur Crave et Super écran (co-production Zone 3 et Manito Media).

Elle a joué dans le premier sitcom franco-ontarien Météo +, où elle jouait le rôle d’une productrice névrosée d’une chaîne météo à Sudbury. Elle a animé Viens voir ici! à TVA, un magazine portant sur les francophones hors Québec, se promenant d’un bout à l’autre du Canada.

Au cinéma on peut la voir dans les films : You Kill Me, Inertia, An Officer and a Murderer, Christmas Connection pour n’en nommer que quelques-uns.

Micheline a créé la websérie Je me souviens pas, où elle explore, de façon sexy et irrévérencieuse, les relations entre les Québécois et les « autres Francos du Canada ».

«Edgar»
Série policière sur Crave

et Super écran
Rôle de Sergeante Nicole

Démo de comédienne

Websérie «Je me souviens pas»
Réalisée, produite et écrite
par Micheline Marchildon
2012

Magazine «Viens voir ici!»
sur TVA et TFO
Animatrice (100 épisodes)

d'où je viens

Maman et moi, à Saint-Norbert, une région dans le sud de Winnipeg. J’étais bien.

L’amour est comme le Père Noël, j’y crois encore, mais je l’trust pas quand y me demande de m’assoir sur son genou.

Tous ces éléments sont revenus à la mode, et j’en suis profondément désolée.

Moi, l’année passée.

Brésil 1999. Finalement femme, je découvrais mon amour des serpents. Aussi, les Brésiliens avaient peur de mon brush-cut, et ça me faisait rire.

Scène de Météo+, le premier sitcom franco-ontarien! On a trippé à jouer avec les nuances culturelles entre le Québec et les « hors Québec » dans ce petit bijou d’émission absurde qui se passait dans une chaîne météo à Sudbury sur les ondes de TFO (58 épisodes). J’ai adoré jouer la « productrice bulldog complexé » et j’ai adoré notre petite famille de Météo +.

J’ai grandi près de Winnipeg en campagne, la plus jeune de 5 enfants, avec seulement des chiens et chats comme public. Je les habillais et les forçais de regarder mes spectacles.

Avec mon permis de conduire à 16 ans, j’étais finalement libre et j’ai commencé ma carrière «en ville»… c’est à dire à St.Boniface, le quartier franco de Winnipeg, à 25 minutes de chez nous. J’ai commencé l’impro, le théatre, l’animation et la radio communautaire, à 15 ans.  J’étais la plus jeune joueuse dans la LIM – Ligue d’impro du Manitoba, une ligue d’adultes. Après ça, c’était la conquête du splendide monde du cinéma et de la télé… à Winnipeg!!!

Déjà à 7 ans, j’avais l’égo gonflé.

Je rockais un mullet et une cravate comme une boss… C’est encore mon trademark.

Voyage d’été dans la vallée de la Qu’Appelle, en Saskatchewan, l’été avant que je commence à être inappropriée avec les garçons. Aussi l’été où j’ai appris de ne plus faire ça avec mes bras dans une photo. Coïncidence??

Je me suis rasé la tête pour 3 saisons de cette émission pour enfants dans l’Ouest… Maintenant, je travaille en télé avec les jeunes qui me regardaient à la télé. J’ai une tonne d’histoires weird autour de cette émission que j’ai adoré faire.

Gritta Star, un de mes personnages de mon premier show solo au Fringe Festival de Winnipeg, 1999. Début de mon histoire d’amour pour les tissus d’animaux tropicaux et la coupe Longueuil.

Affiche du premier long métrage dans lequel j’ai joué : Inertia, filmé à Winnipeg. Le réalisateur, Sean Garrity, nous a fait improviser chaque scène dans son salon pendant un an pour créer la base du scénario. Je suis trop fière du fait qu’ en 2001, il est le lauréat de la catégorie Meilleur premier long métrage d’un réalisateur canadien au Festival international du film de Toronto.

MOBILE VERSION OF D'OÙ JE VIENS

d'où je viens

J’ai Grandit près de Winnipeg en campagne, la plus jeune de 5 enfants, avec seulement des chiens et chats comme public. Je les habillais et les forçais de regarder mes spectacles.

Avec mon permis de conduire à 16 ans, j’étais finalement libre et j’ai commencé ma carrière «en ville»… c’est à dire à St.Boniface, le quartier franco de Winnipeg, à 25 minutes de chez nous. J’ai commencé l’impro, le théatre, l’animation et la radio communautaire, à 15 ans.  J’étais la plus jeune joueuse dans la LIM – Ligue d’impro du Manitoba, une ligue d’adultes. Après ça, c’était la conquête du splendide monde du cinéma et de la télé… à Winnipeg!!!

Maman et moi, à Saint-Norbert, une région dans le sud de Winnipeg. J’étais bien.

Déjà à 7 ans, j’avais l’égo gonflé.

L’amour est comme le Père Noël, j’y crois encore, mais je l’trust pas quand y me demande de m’assoir sur son genou.

Je rockais un mullet et une cravate comme une boss… C’est encore mon trademark.

Tous ces éléments sont revenus à la mode, et j’en suis profondément désolée.

Voyage d’été dans la vallée de la Qu’Appelle, en Saskatchewan, l’été avant que je commence à être inappropriée avec les garçons. Aussi l’été où j’ai appris de ne plus faire ça avec mes bras dans une photo. Coïncidence??

Moi, l’année passée.

Je me suis rasé la tête pour 3 saisons de cette émission pour enfants dans l’Ouest… Maintenant, je travaille en télé avec les jeunes qui me regardaient à la télé. J’ai une tonne d’histoires weird autour de cette émission que j’ai adoré faire.

Brésil 1999. Finalement femme, je découvrais mon amour des serpents. Aussi, les Brésiliens avaient peur de mon brush-cut, et ça me faisait rire.

Gritta Star, un de mes personnages de mon premier show solo au Fringe Festival de Winnipeg, 1999. Début de mon histoire d’amour pour les tissus d’animaux tropicaux et la coupe Longueuil.

Scène de Météo+, le premier sitcom franco-ontarien! On a trippé à jouer avec les nuances culturelles entre le Québec et les « hors Québec » dans ce petit bijou d’émission absurde qui se passait dans une chaîne météo à Sudbury sur les ondes de TFO (58 épisodes). J’ai adoré jouer la « productrice bulldog complexé » et j’ai adoré notre petite famille de Météo +.

Affiche du premier long métrage dans lequel j’ai joué : Inertia, filmé à Winnipeg. Le réalisateur, Sean Garrity, nous a fait improviser chaque scène dans son salon pendant un an pour créer la base du scénario. Je suis trop fière du fait qu’ en 2001, il est le lauréat de la catégorie Meilleur premier long métrage d’un réalisateur canadien au Festival international du film de Toronto.

Affiche du 1er long-métrage dans lequel j’ai joué: “Inertia”, filmé à Winnipeg . Sean Garrity le réalisateur, nous avait fait improviser chaque scène dans son salon pendant un an pour créer la base du scénario. Je suis trop fière qu’il ait remporté le lauréat du Meilleur premier long métrage d’un réalisateur canadien au Festival de film de Toronto 2001.